REJOINS MA MAILING LIST

© 2018 by Rêve, crée et transmet, All rights reserved

Mentions légales - Politique de confidentialité - Conditions générales de vente

Bouffée d'oxygène... l'espoir de vivre

October 25, 2018

Chaque semaine, je vous présente ma « bouffée d’oxygène ». C’est une chose que j’ai apprécié et qui m’a nourrie, inspirée. Je la partage avec vous pour qu’à votre tour, vous ayez une « bouffée d’oxygène » dans votre vie. Livre, films, vidéos… Tout est possible tant que cela apporte un peu d’oxygène à votre semaine.

 

 

Cette semaine je partage cette bouffée d’oxygène…

 

Le film, HARRISON'S FLOWER d'Elie Chouraqui

 

 

Résumé

Le film dont j'ai choisi de vous parler aujourd'hui n'est pas un film "facile". Mais il fait partie des films qui m'ont marqués profondément. C'est l'histoire de Sarah, une femme mariée à un célèbre photographe reporter de Newsweek. Ils ont deux enfants et s'aiment profondément. Un jour, il est envoyé en Yougoslavie pour couvrir le début d'un conflit. Il promet de revenir pour l'anniversaire de leur fils. Mais celui-ci tarde à revenir et finit par être porté disparu au nord de la Croatie. Puis l'agence de presse finit par le déclarer mort. Sarah refuse de le croire mort et décide de partir là-bas pour le retrouver.

 

Comment j’ai rencontré ce film

Je ne sais plus trop. Je sais qu'à cette époque, j'étais passionnée sur le sujet des femmes et de la guerre car je montais une création sur le sujet. Et lorsque j'ai vu le thème, j'ai tout de suite foncé.

 

 

Pourquoi ce film m’a plu

Il est extrêmement bien joué. Il est porté par des acteurs fabuleux. Ce film est très difficile à voir parce qu'on bascule dans une réalité autre, celle de la guerre en opposition avec une vie occidentale et sécurisée. Mais on plonge dans cette quête parce qu'on finit par s'identifier à la jeune femme. Ce film, au delà du sujet, parle de l'espoir, de cette flamme qui nous habite et nous permet de déplacer des montagnes. Il parle du lien d'amour et de ce qui nous pousse à aller au delà de nos limites. Il parle aussi du journalisme et de ce que cela peut avoir de compliqué à vivre en tant que photographe reporter. Il pose la question du voyeurisme et de la solidarité.

 

Ce que j’ai utilisé, ce qui m’a servi dans mon quotidien

Je ne peux pas dire que ce film m'a "aidé" dans mon quotidien. Mais il a toujours été une référence dont je me sers parfois. Ce film a réveillé cette part d'engagement en moi, de dire, de parler et d'oser aborder les sujets les plus sensibles afin que cela ne tombe pas dans l'oubli. La guerre est une réalité que nous avons tendance à oublier, étant loin des conflits, mais c'est une réalité. Il est vital de rester alerte par rapport à cela. Pas pour vivre dans la peur, mais pour faire émerger des élans de solidarité et quitter cette peur de l'autre, de l'étranger. Car dans tous ces pays en conflits, il y a des civiles comme vous et moi, des mères, des pères de familles, des enfants, qui sont pris en otage dans toutes ces champs de bataille. Et notre devoir est, il me semble, de savoir leur tendre la main, sans les juger. Parce que cela pourrait aussi nous arriver. Aussi cultivons la solidarité au quotidien afin d'ouvrir nos coeurs et de rester dans une bienveillance les uns envers les autres.

 

Si vous avez vu d'autres films sur ce sujet, merci de partager dans la partie des commentaires. Cela me fera plaisir de découvrir d’autres films et donnera des idées aux personnes qui suivent ces chroniques.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Congé parental, mode d’emploi

October 9, 2019

1/2
Please reload

Posts Récents